User Tools

Site Tools


digitalliveradiosession

Differences

This shows you the differences between two versions of the page.

Link to this comparison view

digitalliveradiosession [2007/07/10 16:36]
digitalliveradiosession [2007/07/10 16:36] (current)
Line 1: Line 1:
 +====== DIGITAL LIVE RADIO SESSION (DLRS) ======
 +
 +{{dlrs.jpg}}
 +
 +===== press =====
 + 
 +DIGITAL LIVE RADIO SESSION (CD by Apo 33) A CD of improvisation recorded for a radio station in France including members of Formanex, the younger brother of AMM. The four members (Christophe Havard, Emmanuel Leduc, John Morien and Julien Ottavi) play here radio, minidisc, computer, sampler, turntables... as you can imagine this results in a very electronical improvisation. Elements of pre-recorded sounds pop up in the mix which stem from radio and/or vinyl. The endresult, some 46 minutes of improvisation,​ is quite a heavy affair. More noisy then usual in the improvisational areas (although never nowhere close to good ol Merzbow of course) which makes this, at times, to a pretty tiring affair to go through in one go (and unfortunally the disc is not indexed, so it's hard to skip or play favourites - just in case you might want to use this in your own digital ^Clive radio session), but the good elements prevail. An energetic mix of DJs for non-movers - and count me in there.
 +(FdW?) - vital weekly
 +
 +
 +Christophe Havard (radio, tape, motors, contact microphones,​ mini-disc), Emmanuel Leduc (no input mixing board, radios feedback, sampler), John Morin (turntables,​ sampler), and Julien Ottavi (laptop) met in February 2001 for an improvised set of electronic music. The result is "​DigitalLiveRadioSession?",​ a title that refers, not to a live broadcast over digital radio, but to the instruments used. With two radios and the vocals and other such samples emitted from turntables and tape player, an overall atmosphere of information and media permeates through the static. Tinny, noisy tones, rather than severe, sub-frequency glitches, consume the majority of the session. Halfway through, a soft drone emerges with equally soft bursts of music and other sound. Unfortunately,​ this only lasts for a few minutes before harsher tones enter. As improvised (and consequently aimless and erratic) music, this is quite good. Capturing bursts of sound from outside media results in interesting sonorities that cannot be achieved with just the other instruments used. The fact that this is French radio allows me to listen to the manipulated human voice without being bothered by words. (I'm glad I didn't pay attention in French class.) The main drawback is that, although many different sounds are explored over 46 minutes, high frequencies dominate while bass frequencies are nearly absent.
 +(Matt Roberson) - Angbase
 +
 +
 +Collectif nantais d'​improvisation et d'​electroacoustique,​ APO 33 regroupe plusieurs projets sur une cartographie sonique particulierement riche en rencontres : [N:Q] avec Keith Rowe, Formanex, duos, trios, solos: Laurent Dailleau, Taku Sugimoto, Giuseppe Ielasi, Andrea Neumann... se sont agrégés à eux pour d'​éphémères rencontres. Projet radio comme il est écrit, cette session implose l'​ordre tonal qui règne dans l'​espace hertzien, introduisant le chaos comme principe actif et libertaire. Manipulations de radios, platines, computers, circuits imprimés, le tout assemble dans une situation d'​improvisation renouvelée. Ce collectif apparait dans cette nouvelle topographie électroacoustique improvisée qui se dessine entre Berlin et Boston, Tokyo et Nantes. L'​instrument tel qu'il a longtemps été pratiqué dans l'​improvisation européenne a disparu, remplacé par une électronique home-made, bricolée, mais aussi par le lap-top posant la question urgente d'un détoumement réussi. Ils dessinent sur l'​ecran des souffles continus, des grains de voix, y recyclant l'​écoulement nauséeux de la grande poubeIle médiatique. Bugs, buzz, scratches, craquements,​ sifflements,​ souffles, sons qui se difractent dans l'​espace hertzien, se contactant dans le poste radio, sous la surface réfléchissante du disque compact. Pour une implosion sonique. Reste cette autre question qui se pose a toute la scène actueIle jouant un principe de disparition des sources et du musicien dans un son électronique,​ comment y apparaitre en tant qu'​individu et non pas comme simple opérateur d'une technologie solitaire, quand tout le monde utilise les mêmes programmes? Ou serait-ce le rêve de Cage d'une musique sans auteur qui se réaliserait dans l'​électronique ?
 +Michel HENRITZI - revue & corrigée
 +
 +
 +À une époque où la surcharge chronique d'​émissions de données nivelle la capacité de compréhension et d'​interprétation de ces information,​ il convient de s'​interroger et de donner forme à cette saturation indicible et pourtant présente, traduite autant en ondes, qu'en images qui nous environnent. Voilà ainsi résumé le postulat de base de cette formation, Nantaise, constituée de membres de Formanex, et de diverses structures d'​improvisations.
 +Radio Digitale fouille la matière grise, dévoile des pans récents de la réflexion musicale actuelle, ici celle de Sophie Gosselin qui, à l'​instar de Paul Virrilio, se questionne sur l'​accélération et la déformation des formes de communication,​ la surdensification. Jusqu'​où ? Jusqu'​au dispositif de production de l'​illusion... Jusqu'​à la limite de ce qui donne sens à l'​information,​ sa compréhension...Logiquement,​ les quatre membres abordent cette interprétation par des accumulations et modulations de signaux électriques Un constat qui prend ici la forme de compositions semi-improvisées,​ où l'​ndice bruit blanc a un coefficient élevé. On n'est jamais loin des intrusions du tandem Merzbow / Karkowski, de locataires de chez Mego, ou des démonstrations de M. Martin sur Ohm/Avatar. L'​espace est conformément saturé selon la volonté des participants qui s'​aident ici d'​instruments et d'​installations diverses... L'​avidité créatrice des quatre personnalités réunies pour ce live d'​apartés sonores (de gauche à droite : Christophe Havard, Emmanuel Leduc, John Morin et Julien Ottavi) indique un nouveau cap dans la recherche musicale : à la fois abstrait et abrasif, uni et fractalisé,​ apaisé et en perpétuelle tension.
 +Une fois de plus, le label Fibrr continue son exploration minutieuse de la matière sonore. Après la réinterprétation d'​oeuvres de Cornelius Cardew par Formanex (à ne pas confondre avec Perlonex), le petit label nantais développe sa dentelure sur un concept percutant et méconnu. Attention les oreilles.
 +JJ. - Jade
 +
 +
  
digitalliveradiosession.txt · Last modified: 2007/07/10 16:36 (external edit)